Cinq projets artistiques en VR complètement fous

0
293

La réalité virtuelle est une toile d’artiste comme les autres. Ce constat se fait de plus en plus vrai avec le temps. Si l’on aime souvent explorer les possibilités de cette technologie dans le cadre des jeux vidéo, les projets artistiques exaltants de VR ne manquent pas. Fiction Réelle vous a fait une petite sélection !

1. Le Sacre du Printemps 3D : l’orchestre symphonique de Houston crée un univers virtuel à travers la danse et la musique

L’orchestre symphonique de Houston aux États-Unis a aussi décidé de mettre un pied dans le futur pour sa fin de saison. Il a ainsi présenté un nouveau spectacle mêlant performances en direct et 3D. Et pas n’importe quelle technologie 3D, mais le genre de technologies utilisé dans des films comme Avatar a expliqué Klaus Obermaier, créateur de ce spectacle intitulé Le Sacre du Printemps 3D, élaboré aux côtés de Ars Electronica Futurelab.

Certes nous ne sommes pas ici dans de la réalité virtuelle classique telle que nous la connaissons en tant qu’utilisateur lambda avec un casque VR et un ordinateur, mais ce spectacle exploite tout de même la création et la représentation graphique d’un univers virtuel.
Sur scène, spectatrices et spectateurs ont ainsi pu entre autres contempler une danseuse se mouvoir sur la musique d’Igor Stravinsky alors que chacun de ses gestes était capté par les caméras stéréoscopiques, explique le journal Houston Public Media. En direct, un programme informatique traduisait les mouvements en animations 3D, afin de projeter des copies virtuelles de la danseuse sur un écran géant. Enfin, ces animations étaient complétées par des expérimentations sonores live.

Les trois premières représentations du Sacre du Printemps 3D ont eu lieu les 18, 19 et 20 mai 2018.

2. Terminus : tout le monde descend, ou l’exposition de VR qui efface les limites de l’espace-temps

La Galerie nationale d’Australie, principal musée de Canberra avec ses 120 000 œuvres d’art passées, propose désormais à ses visiteurs une expérience en réalité virtuelle hors du commun ! Dans l’exposition Terminus, la réalité virtuelle est au cœur du processus d’exploration artistique, lequel se découpe en cinq temps. Un mot clé : « immersion ».

L’expérimentation doit être totale pour celles et ceux qui pénètrent dans cet univers entre rêve et réalité, entre dessin 2D et 3D. Un travail de longue haleine, puisque la création de cette œuvre a pris plus de sept ans pour la réalisation des dessins 2D. Terminus est le fruit de la collaboration entre deux artistes néo-Zélandais, l’illustratrice Jess Johnson et le vidéaste Simon Ward.
Quand l’art graphique rencontre la VR, on explore l’« idée selon laquelle la réalité est malléable, et qu’il est possible de trouver des sortes de trous noirs ou des portails pour accéder à différents mondes », a expliqué Jess Johnson à ABC Radio CANBERRA.

L’exposition Terminus se déroule jusqu’au 26 août 2018 à la Galerie nationale d’Australie.

3. Le Cabinet de Réalité virtuelle : exploration 3D au cœur de l’évolution des espèces

En décembre 2017, le Muséum national d’Histoire naturelle a lancé un « Cabinet de réalité virtuelle« , une salle permanente dédiée à cette technologie à travers une expérience entre passé et futur, entre monde vivant et virtuel. Les visiteurs qui tentent l’expérience sont équipés de casques VR et peuvent s’immerger au cœur de l’évolution des espèces.

Cette exposition permanente est une véritable opportunité pour toutes celles et ceux qui veulent découvrir la biodiversité différemment. Il s’agit aussi d’un outil pédagogique hors du commun, à la disposition des équipes enseignantes sur la durée.

On regrettera peut-être l’aspect un peu trop encyclopédique transposé en réalité virtuelle plutôt qu’une réelle immersion dans une nature virtuelle et grouillante de vie qui aurait d’avantage exploité la puissance de la technologie tout en rendant l’expérience plus immersive.

Le Cabinet de Réalité virtuelle est accessible à tous depuis le 23 décembre 2017 au sein de la grande galerie de l’évolution du Muséum national d’Histoire naturelle à Paris.

4. Acute Arts : une plateforme d’art contemporain en ligne pour explorer la VR

La réalité virtuelle semble être un moyen d’expression privilégié pour les artistes contemporains. Les œuvres se multiplient, à l’initiative de personnalités très connues. De cet engouement est née en 2017 la plateforme Acute Arts, une galerie numérique en ligne qui tentent de parcourir le champ des possibles en matière de VR et d’art. Trois grands noms sont à l’initiative du projet : Jeff Koons, Olafur Eliasson et Marina Abramovitc, lesquels veulent donner envie aux prochaines générations de s’investir dans le potentiel artistique de la réalité virtuelle.

Au sein des œuvres présentées par les artistes, il est facile de déceler une intention commune : celle d’utiliser les technologies de notre temps pour faire une critique de ce dernier. À la manière du pinceau, du feutre ou de l’appareil photo, la VR se fait outil de conceptions imaginaires. Les créatrices et créateurs du XXIe siècle se sont vite approprié un nouveau moyen de production, mais surtout un terrain neuf et inexploré de fantasmes artistiques. En somme, la possibilité d’alternatives.

5. Rachel Rossin : artiste pionnière de la réalité virtuelle

Enfin, plutôt qu’un projet précis, mettre en lumière une artiste qui s’est largement illustrée dans l’art de la réalité virtuelle semblait pertinent pour clore notre exploration des nouveaux territoires de l’imaginaire. Rachel Rossin exerce depuis longtemps maintenant ses talents dans la réalisation de projets artistiques mêlant innovation et création.

Dans ses œuvres, elle manipule la matière grâce à la technologie – elle est aussi programmeuse, ce qui est une forme d’art en soi. La technologie devient alors un moyen pour elle d’effacer les frontières du tangible. De plus, sa vision singulière n’a pas tardé à se faire remarquer, puisqu’en août 2017, elle signait le clip de Mac DeMarco, This Old Dog. Une expérience à 360° née de l’esprit fertile de la créatrice. Il ne faut donc pas hésiter à suivre son actualité avec attention, car si futur de l’art VR il y a, la jeune femme en fait définitivement partie.

Pour tout savoir sur le travail de Rachel Rossin, il suffit de se rendre sur son site officiel.

Bonus : le clip en réalité virtuelle de Björk, Notget VR

Pourtant pas si lointain (2017), le clip Notget VR de l’artiste islandaise Björk, entièrement réalisé en réalité virtuelle, était un véritable tour de force à la fois technique et créatif de la chanteuse et des équipes de Warren Du Preez & Nick Thornton Jones, les réalisateurs du clip qui travaillent notamment avec Massive Attack.

Dans le clip on retrouve Björk, surnaturelle et numérique, comme tout droit sortie d’un jeu vidéo. Les mouvements et effets de lumières rendent l’expérience mystique et envoûtante, de quoi asseoir un peu plus sa place d’artiste la plus contemporaine, maîtrisant parfaitement son époque et le monde qui l’entoure. Une précurseuse dans l’âme !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.